AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Contexte du Forum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fondateur
avatar


MessageSujet: Contexte du Forum   Jeu 3 Sep - 10:11




 
Bienvenue, Invité

Cher Visiteur


Je suppose que si tu es ici, ce n'est pas de ton propre fait. Je suis aveugle, je ne peux pas discerner tes traits, mais je me doute que tu es soit un jeune homme avide de savoir manier l'épée soit une jeune demoiselle un peu trop passionnée qui vient purger sa peine loin de la civilisation. Encore une fois, il n'est pas d'équité dans ce pauvre monde. Est-ce la venue de filles impures qui a amené le mal en nos belles contrées? Nous ne le savons hélas, pas encore. mais il se passe des choses ici. D'horribles choses. Je ne peux pas te laisser repartir sans te donner un peu d'eau et de quoi te documenter. Dans une demie-journée tu seras rendu à bon port. Savoure cet instant de quiétude comme s'il était le dernier. Il le sera peut être.
 


         

Journal de Diane de Vaucouleurs




15 Mai 1695
Que ce soit bien clair, je n'ai jamais tenu à visiter la Bretagne. C'est bien trop près de l'Angleterre et beaucoup trop éloigné de la Capitale. Et pourtant il parait que c'est uniquement pour mon bien. Il semblerait que mon image ait été bafouée par un jeune marquis à qui j'aurais passé une nuit. Ah s'ils savaient que c'était avec le Comte d'Anjou que j'ai convolé ! Enfin, coupable ou non, je me retrouve enfermée au couvent. Je pensais que ce n'était qu'une menace commune à tous les parents pour effrayer les demoiselles un peu trop promptes aux passions . Je vais m'enfuir. Je ne sais pas encore comment mais elles ne me garderont pas une minute de plus. Elles sont si austères. Si vieilles. Je crois qu'il y en a une qui a plus de 65 ans. La foi la maintiendrait en forme. Je me gausse. Qui y croirait. Bon. Le soleil se couche, je dois rendre la plume. A la fin de la semaine je suis libre !


18 Mai 1695

Première tentative de fuite avortée. J'ai découvert, par hasard, alors que que je parcourais la forêt encapuchonnée durant l'heure des vêpres-au mépris des représailles inéluctables- un bâtiment imposant. J'ai demandé à ma voisine de chambre si elle savait de quoi il pouvait bien s'agir. Elle m'a répondu en rosissant délicieusement que c'était l'école de Cavalerie et qu'elle était fort galamment habitée. Finalement, je vais peut être rester le temps nécessaire à ma remise dans le droit chemin..Et ça pourrait même en devenir agréable. Il me semble avoir vu un charmant jeune homme aux cheveux blonds. Il flânait dans les mêmes bois. Je me demande si..


   

Journal de Pierre De Valencours




18 Mai 1695
«Dieu que certaines rencontres sont surprenantes! Moi qui avais choisi cette école pour son calme et sa proximité avec la nature me voilà bien pris au dépourvu. Comment puis-je me consacrer uniquement à l'art délicat de l'épée si d'aussi délicieuses créatures errent dans les parages. Je me suis laissé approcher. Une fois encore je lisais tranquillement au bord de cette petite rivière. Elle est apparue, je ne l'ai pas repoussée. Elle est gentille. Très jolie également. Elle vient du couvent, mais n'a sûrement pas pris les ordres, elle serait à la messe si c'était le cas. Nous nous sommes donnés rendez-vous demain soir, juste avant le coucher du soleil. Les villageoises de Gráinne sont charmantes. Presque autant que les Couventines.  »

10 Juin 1695

« C'est abominable. Je savais qu'il se passait quelque chose dans ce Couvent maudit. Mais ma belle Diane vient d'en faire les frais. Ô Dieux, pourquoi tant de cruauté? Je ne suis qu'un homme!Est-ce donc ça, la toute puissance de la foi? Nous avons fauté non loin d'un sanctuaire sacré et la punition n'est autre que la mort? Chrétiens du monde entier, votre Dieu est cruel. Quelqu'un doit payer. Mais si de nous deux il ne reste que moi... Et si j'étais le prochain? Non ! Ma vie sera uniquement pavée d'armes et par la conquête je rachèterai ma faute.  Ce n'était pas une mort naturelle: le corps de ma pauvre Diane était en lambeaux. Si je ne suis la victime, je deviendrai le bourreau.»


   


11 Juin 1695-
Dépêche Matinale de l'annonceur public de  Gráinne


« Tout le couvent est sous le choc. Ce n'est pas la première et ce n'est sûrement pas la dernière. C'est cependant la mort la plus "propre". Mais que se passe-t'il donc entre ces murs..La terre serait-elle maudite? Dieu nous aurait-il tous abandonnés? »  


     

Que se passe-t'il exactement?


Nous n'en savons rien. La seule chose de sûre est que des jeunes femmes meurent dans des circonstances inexpliquées. La réponse est peut être scientifique, mais dans cette contrée reculée de Bretagne, la foi prend le pas sur la raison sans essuyer de résistances. Peut être arriverez vous à en sortir vivant? Après tout, les noms ne sont pas dus au hasard. Gráinne signifie "celle qui terrorise". La nuit tombée, certains paysans craignent les Dorocha et toutes les créatures de la mythologie. Gare à vous qui entendez la voix du diable. »  

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://covensecrets.forumactif.org
 
Contexte du Forum
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 30 ans BF d'Airaines : GM, MRTIDF, Forum des Instruments
» [opé fan hors forum] cadeau pour le groupe
» Partenaire : Forum Freedom Call
» Forum musique trad'
» un nouveau forum pour les gros cuivres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Arrêté Municipal de la ville de Gráinne :: Paperasse Administrative-